samedi 15 juillet 2017

Crafty Fox market @Brixton été 2017

Mon amie Coco déniche toujours des petits marchés de créateurs. Nous venons avec nos grandes de 12 ans car elles apprécient les ateliers de travaux manuel, comme au Craftacular, où elles avaient participé à une activité d'impression sur tissus. 
Ce samedi, le lieu choisi par l'organisation Crafty Fox market est particulièrement unique. Le bâtiment raconte une histoire dès la porte d'entrée franchie. De 1800 à 2012, il était le QG du parti conservateur local. Sur les murs, les photos, articles de journaux et rosettes n'ont pas bougé. Et ce portrait de la jeune reine Elisabeth en cape bleue !
Depuis, le bâtiment s'est transformé en restaurant et bar le "Effra Social" qui garde l'esprit du lieu, plusieurs salles multifonctions avec boule à facette et rideaux en paillettes.  
Pour la communauté Crafty Fox Market, il s'agit de leur septième édition, dans plusieurs lieux à Londres. Le prochain marché aura lieu à Peckham le WE du 16 et 17 Septembre, si vous êtes tentés par la découverte d’artisans et faire l'expérience du "shopping with soul" dans un quartier dynamique ! Une après midi unique ambiance "club privé" ouvert à tous !

Ci dessus, atelier de customisation de trousses, paillettes & co !

mercredi 12 juillet 2017

Urban Art 2017, expo dans la rue@Brixton

Un samedi de juillet ensoleillé, Brixton est encore en fête, sur Josephine Avenue, l'Urban Art Fair accueille des artistes sur les grilles des maisons. Après la célébre Affordable Art Fair de Battersea Park, je découvre cet événement qui fête déjà ses 16 ans ! 
Plus de 200 artistes ont investi la rue, avec des lieux familiers représentés et même certains artistes locaux connus ! 
Rendez-vous l'année prochaine (deuxième WE de Juillet) et cette fois-ci, je n'oublie pas mon appareil photo. Les photos sont faites avec un téléphone, c'est bien dommage.

samedi 24 juin 2017

Heat wave - vague de chaleur

Maintenant que la vague de chaleur est passée, je peux me remettre à une activité intellectuelle - revenir sur le blog après quelques semaines d'absences nécessite d'avoir à partager quelque chose d'extra ordinaire !
J'attendais le moment où le besoin de publier une tranche de vie heureuse s'annoncerait. Ces derniers mois, Londres et le RU dans son ensemble ont été au centre de tristes événements, qui m'ont laissée sans voix.
Place au soleil, qui donne "la même couleur aux gens". Le Lido est un lieu de baignade en plein air, un mouvement né au début du siècle, jusque dans les années 30, où la natation devient plus accessible avec 169 lidos dans tout le royaume.
A deux pas de chez nous, nous avons cette chance incroyable d'avoir le bassin le plus grand d’Angleterre, construit en 1906, de 100 yards de long et 33 de large.
Oui, comme pour moi aussi, cela n'est pas du tout parlant, je voulais juste faire un clin d’œil à toutes ces références au système de mesure impériale qui restent inaccessible dans les discussions. Je traduis : le bassin mesure 91,4 mètres par 30, ce n'est pas si compliqué ! Ça fait pas mal de mètres cubes d'eau à chauffer...naturellement.
Il faut savoir qu'en 1930, les piscines étaient non chauffées, ce qui explique peut-être pourquoi nous n'avions jamais osé y aller. Ce bassin a été menacé de fermeture dans les années 90, comme d'autres nombreux Lidos londoniens.
De mai à fin septembre, le Lido est ouvert à tous, et toute l'année aux membres des nageurs du club.
A son ouverture en 1906, les femmes n'y avaient l'accès qu'une fois par semaine. En 1931; les baignades mixtes sont autorisées, mais à certaines heures de la journée.
 La température de l'eau peut être assez basse, mais cette semaine, avec le record de chaleur, l'eau à atteint les 24° !
En janvier, le championnat de nage en eau froide y est organisé, (petit reportage ici) et autres plans d'eau à Londres, ici; maintenant la question est , prendre la carte d'abonnement ou pas ?

jeudi 4 mai 2017

Design Museum : une belle adresse

Un musée qui change d'adresse pour réinvestir un bâtiment déjà existant, il fallait aller voir la transformation. 
Anciennement situé au bord de la Tamise, le Musée du Design a déménagé pour ouvrir ses portes en Novembre, après de 5 ans de travaux. Le bâtiment d'origine datait des années 60, et avait été inauguré en 1962 par la Reine Elisabeth  pour promouvoir le Commonwealth, un projet débuté en 1888 par la Reine Victoria,  qui tenait particulièrement à montrer l'ampleur des ressources et des territoires hors de la Grande Bretagne et "comment vivait le reste du Royaume". 
Dans les années 1990, le coût de l'entretient de l’institut devient trop élevé et le bâtiment reste inoccupé pendant près de 10 ans.
L'espace est aujourd’hui multiplié par 3 par rapport à l'ancien site. En y entrant, on est vite impressionné par les volumes. De l’extérieur, le Musée n'est pas encore totalement mis en valeur. 
L'exposition permanente propose une rétrospective des objets cultes et des faits marquants dans l'histoire du design. Une frise chronologique est placée en entrant.
Pour débuter cette promenade dans le temps, une installation attire pas mal de visiteurs avec des objets rassemblés à la manière d'un inventaire à la Prévert. Des personnes ont été interrogées pour donner une marque d'objet qui leur apparaissait comme "marquante". 

On y retrouve pas mal de marques qui font référence à la culture britannique, mais pas uniquement. En avançant dans l’exposition, des logos, objets, marques emblématiques nous reviennent à l'esprit, et on découvre des explications sur l'envers du décor, comme les polices de caractère utilisées, la création des panneaux de signalisation (chaque pays a son propre design), comment la création des cuisines équipées a révolutionné l'intérieur des maisons...Les objets sont présentés sous 3 angles : celui du créateur, du constructeur et de l'utilisateur.
Un lieu à garder en tête pour la programmation des expositions, avec en ce moment, la Russie, l'architecture et la propagande.